• 0
    Total commande0
    + Port 0 €

Que mettre dans un composteur ?

que-mettre-dans-un-composteur-silo-a-compost

En donnant une deuxième vie à nos déchets biodégradables, on protège efficacement notre environnement, en plus de fabriquer un aliment riche en nutriments pour la terre : le compost. Toutefois, cette démarche doit suivre des règles précises, au risque de se retrouver avec un tas d'ordures pourries plutôt qu’un bon compost à l'odeur de sous-bois. Que mettre dans un composteur ? Quelles sont ces règles ? Elles ont surtout à voir avec le type d'aliment et de déchets que l'on peut mettre à l'intérieur de son composteur. En effet, le compostage est un processus naturel de décomposition de nos déchets fermentescibles et de transformation de ces mêmes résidus en un engrais naturel, utilisé par la suite comme substrat pour nos plantations, ou comme épandage, selon le degré de maturation du compost. Bien entendu, d'autres utilisations du compost peuvent être faites (voir plus bas sous “comment bien utiliser son compost”). Une fois que l’on sait que mettre dans son compost et ce qu’il ne faut surtout pas mettre, il est utile de connaître les trois actions de base à exécuter de manière hebdomadaire, et ce afin d’obtenir un compost parfait ! Quelles sont ces actions ? Pourquoi faut-il le faire ? On répond à toutes ces questions dans les lignes qui suivent !

 

Quels sont les éléments compostables ?

 

Voyons la liste des différents éléments biodégradables permis et non permis. Afin de mieux retenir ces informations, nous vous invitons à imprimer une liste ou un dessin explicatif et de le placer près de votre composteur. Une manière efficace d'apprendre rapidement ce qui est ou non, autorisé.

 

Ce qui est autorisé

 que-mettre-dans-un-composteur-dechets-humides-pommes

Que mettre dans un composteur ? C'est une question que beaucoup se posent, même une fois lancés dans cette démarche. On a le composteur qu'il faut, l'envie est là, l'espace aussi, mais on ne sait pas bien comment ça fonctionne. Rassurez-vous, cela nous arrive à tous lorsqu'on débute dans le compostage ! Certaines personnes se demandent s'il y a une distinction à faire entre les matériaux de construction des bacs. Ils se posent la question de savoir s’il y a une différence entre que mettre dans un composteur bois et un composteur en plastique. La réponse est : aucune. Il n’y a aucune différence à faire. Quel que soit votre composteur, vous y mettrez les mêmes choses.  Bien, voyons maintenant quels sont les déchets autorisés à être versés dans le composteur. 

Déchets humides (verts)

  • Fleurs fanées
  • Fleurs coupées
  • Feuilles d’arbre
  • Gazon
  • Mauvaise herbe (sans graine, non porteuse de maladie)
  • Taille de haie
  • Épluchures de fruits et légumes
  • Restes de fruits et de légumes
  • Sachets de thé (sans agrafes)

 

Les déchets humides se décomposent avec facilité et permettent de nourrir les bactéries (utiles à la fabrication du compost)

 

Les déchets secs (bruns)

que-mettre-dans-un-composteur-copeaux-de-bois

  • Marc de café
  • Coquilles d’œuf
  • Coquilles de fruits secs
  • Paille
  • Papier essuie-tout
  • Cartons et papiers (non imprimés)
  • Fumier d’herbivores
  • Écorce d’arbres
  • Serviettes
  • Mouchoirs en papier
  • Copeaux de bois (sciure également)

 

Ces déchets sont plus difficilement compostables. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à couper en petits morceaux le papier ou le carton. Ou encore réduire un maximum les coquilles d’œufs et de fruits secs. Les déchets secs vont être un aliment utile pour les champignons, qui vont faire leur apparition après 10 semaines environ.

 

Ce qu'on ne peut pas mettre dans un composteur

que-mettre-dans-un-composteur-elements-non-compostables

Comme dans tout processus naturel, il y a certaines choses à ne pas faire au risque d'empêcher, freiner ou ralentir le bon déroulement du procédé. Pour le compostage, certains aliments et végétaux sont formellement interdits, tout comme n’importe quel élément non organique. Pourquoi ? Soit parce qu’ils attirent la présence de parasites nuisibles qui vont en finir avec les micro-organismes et vers. Souvenez-vous que ce sont eux qui permettent la transformation des déchets verts et bruns en compost. Soit parce qu’ils ne sont pas “digérables” et finissent donc par pourrir, ce qui attire les moucherons. Enfin pour les déchets non organiques, la réponse est une évidence : ils ne se décomposent pas, voire jamais. Ces éléments sont les suivants : 

 

  • Fer, métaux
  • Matières synthétiques
  • Gros bois
  • Bois de menuiserie
  • Feuilles vernissées
  • Liserons de plantes rampantes
  • Résineux (aiguilles de pin, thuyas, etc.)
  • Mégot de cigarette
  • Pierres
  • Terre et sable
  • Plantes et végétaux traités chimiquement
  • Couches
  • Litière de chien et de chat

 

D’autres éléments ne sont pas totalement à bannir, mais à mettre en petite quantité, très petite quantité :

  • Agrumes
  • Laitage
  • Algues
  • Ail et oignon
  • Restes de viande
  • Restes de poisson
  • Cendre de bois (bien les répartir)
  • Sauces, huiles et graisses
  • Graines de plantes (laissez-les tremper pendant au moins 24 heures)

 

Pourquoi ne pas mettre des agrumes dans le compost ?

que-mettre-dans-un-composteur-agrumes-non-compostables

En voilà une question qui fait débat ! Comme vous l’aurez peut-être constaté, nous n’avons cité les agrumes dans aucune des catégories car ils méritent clairement une section à part. Certains vous diront qu’ils sont à éviter, tandis que d’autres pensent qu’ils ont leur place dans le bac à compost, mais en petite quantité. Alors pourquoi un tel désaccord ? Les partisans du non avancent que le citron, l’orange, le pamplemousse, etc. sont des polluants pour le milieu car ils l’acidifient. Ceux et celles qui pensent que oui disent que cela n’a pas de sens puisque le milieu est déjà un peu acide et que quelques épluchures d’agrumes ne feront pas de mal ! Vous pouvez faire le test et voir ce qui se passe (sans en mettre beaucoup) ou simplement ne pas en mettre du tout, à vous de voir !

 

Comment démarrer un bac à compost ?

Maintenant que vous savez ce que vous pouvez mettre ou pas dans votre composteur, vous êtes totalement prêt ! Si vous avez décidé d’installer un composteur dans votre jardin, commencez par étendre une fine couche de paille dans le fond du composteur. Ensuite, veillez à maintenir un bon équilibre entre les différentes matières vertes et brunes. Dans l’idéal, il faut atteindre 40% de matières humides et 60% de matières sèches. Cette proportion permet de d’obtenir un compost ni trop humide, ni trop sec et c’est justement cet équilibre que l’on recherche.  Si vous amenez vos déchets de cuisine dans un sac à compost, souvent vanté pour leur capacité à se défaire “naturellement”, sachez que même si cela est vrai, le temps de décomposition est long et peut ralentir tout le processus. Préférez donc le vidage des aliments directement dans le silo à compost et utilisez le sac uniquement pour transporter votre poubelle organique de la maison au jardin. Mettre ce type de sac dans le composteur est plus cohérent pour les systèmes de compostage collectif. 

Les trois actions de base à savoir

 

Une fois toutes les deux semaines environ, il vous faudra brasser l’ensemble du compost afin de mélanger les différentes couches entre elles et éviter l’hétérogénéité de votre compost. De plus, le fait de mélanger permet d'aérer le tout, ce qui est primordial pour maintenir en vie les bactéries et les vers. 

 

Aussi, si vous possédez un composteur avec couvercle, n’hésitez pas à l’ouvrir de temps à autre afin d’amener un peu d’air frais. En effet, après environ deux semaines, les bactéries commencent à travailler ce qui a pour effet d’augmenter fortement les températures (jusqu’à 60° au coeur du compost). Assurez-vous donc de mélanger le tas deux semaines après, une fois que les bactéries se sont activées. 

 

Il vous faudra également surveiller l’humidité. Il peut arriver qu’un surplus de matière sèche absorbe l’eau, tuant ainsi toute forme de vie dans votre compost. Si vous observez que votre compost est trop sec, arrosez-le légèrement jusqu’à obtention d’une texture plus humide. Au contraire, s’il y a un excès de matières vertes, rajoutez des matières brunes ou, si vous le pouvez, ôtez une partie du compost pour le faire sécher au soleil. Cette option s’avère plus “mouvementée”, mais elle marche à la perfection. 

Petit plus : les orties sont un très bon engrais naturel ! Tout comme la consoude, la bourrache et le lupin, ces plantes ont une action bénéfique sur le processus de compostage.

Comment bien utiliser son compost ?

 

Un compost mûr se reconnaît par sa bonne odeur de tourbe, une couleur sombre et une texture granuleuse et homogène. Une fois le compost prêt (après environ 6 à 12 mois), ce dernier est un nutriment riche en potassium, phosphore, azote et contient de nombreux oligo-éléments ainsi que des minéraux. Le compost va être utilisé lorsque vos plantes en auront le plus besoin, c’est-à-dire pendant leur période de croissance. Pour ce faire, il suffit d’épandre un peu de cet amendement organique autour de la plante. Pour le potager, il peut aussi être utilisé pour préparer les sols à la fin de l’hiver, de façon à ce qu’ils soient en pleine forme au moment de recevoir les premiers semis. Il s’utilise aussi tout au long de l’année pour les plantes intérieures. Dans ce cas, veillez à obtenir un mélange composé de terreau pour un meilleur compost.  

Découvrez sur notre site un grand choix de composteurs en bois, aux capacités variées. Chaque modèle (avec ou sans couvercle, avec ou sans trappe) s'adapte à vos besoins particuliers, compostage en appartement, en extérieur. Tous nos produits sont garantis 2 ans et disponibles en livraison à domicile partout en France, profitez-en !

 





Recevez nos bons plans, astuces déco et offres privilèges en vous inscrivant à la Newsletter.
Pour toute première inscription, vous recevrez un code de réduction de 5% valable sur l'ensemble des produits.






* Code valable 3 mois à compter de la date d'envoi. Hors frais de port et promotions en cours.

Notre site utilise des cookies et des scripts tierces parties  
Accepter Refuser tout sauf les mesures d'audience Refuser Gérer
 Vie privée